Les 4ème A à la rencontre de la compagnie des Malunés

Les 4ème A à la rencontre de la compagnie des Malunés

Jeudi 28 novembre 2019,  les élèves de 4ème A sont allés au domaine de Bayssan assister à un spectacle de cirque sous un vrai chapiteau !

Le Collectif Malunés est une compagnie de cirque actuelle franco-belge, formé en 2009 en Belgique. Il est né d’une envie insatiable de s’enrichir artistiquement sur la piste et dans la rue tout en suivant la formation supérieure des arts du cirque de Tilburg (AcaPA). Quarte jeunes artistes, dont deux frères; trois flamands et une française, ont formé ce collectif, débordant d’ambition et d’énergie. En automne 2015, Sens Dessus Dessous a laissé place au deuxième spectacle du Collectif Malunés Forever, Happily…

Le collectif s’est agrandi pour l’occasion et compte désormais 7 artistes. Le spectacle se déroule cette fois sous un chapiteau aux couleurs bordeaux comme la belle caravane archaïque des débuts.

Dans ce spectacle d’1h10, on voit 7 personnes sur scène.

1 petit chaperon rouge, 7 mères-grand’, 1 montagne de princesses, 2 cadres, 18 pommes,1 bascule, 1 massacre, 1 trapèze, 1 baiser, 4 décès, 15 m de cellophane, 1 dérapage incontrôlé et merveilleux.

Ils sont 7 comme les nains de Blanche-Neige et voudraient réunir toutes les Princesses sous leur chapiteau ! Une forêt enchantée, la Petite Sirène, Hansel et Gretel, et tout l’univers des contes de fées. Mais de pommes empoisonnées en pantoufles égarées, les acrobates trébuchent sur leur chaperon rouge, et leur propre conte prend le pas sur l’histoire à raconter. Ici tout n’est pas merveilleux, et les rapports humains sont aussi sordides que drôles ! Chez les Malunés, les robes étouffent les Princesses, les loups sont terrorisés, les Princes meurent d’épuisement, et tous s’accomplissent en devenant artistes de cirque.

Pour son premier spectacle sous chapiteau, la compagnie a choisi de s’emparer des contes de fées.

Les acrobates et musiciens de Forever, happily… ne croient plus au Petit Chaperon Rouge qu’ils sont venus jouer. Ils s’emparent d’autres figures et révèlent leur propre histoire, leur propre conte. Celui où les rapports humains sont complexes, où il est difficile de mêler les différences, où les clichés ont la peau dure, où les femmes tentent de rompre avec la place très précise qui leur est réservée et où les hommes cherchent la leur.

De contrepieds en travestissements, un masque de loup suffit à terroriser son partenaire, la passivité d’une Princesse endormie est un jeu pour garçons, des mères grands sont les harpies de jeunes loups.

Pour servir ce conte, une musique éclectique, funèbre ou funky, et un chanteur-acrobate hypnotique ; des acrobates et musiciens polyvalents qui circulent d’un agrès à l’autre, mêlent leurs disciplines en créant des hybrides acrobatiques ; des costumes de soie ou de plastique ; une scénographie dépouillée où la ferraille des cadres aérien et coréen sert de grandioses portes de châteaux ; un plateau sobre et nu aux trappes magiques.

Voilà les ingrédients pour passer une bonne soirée ! Les élèves ont apprécié la performance des artistes mais aussi la beauté des scènes.

 

Fermer le menu